Vous avez peut-être déjà entendu (ou non) les termes d’« entreprise libérée », de « gouvernance partagée » ou d’« holacratie ». Ils désignent des systèmes de gouvernance qui sortent du système très répandu de hiérarchie pyramidale en entreprise. Chez Atout Plus Groupe, nous travaillons déjà en suivant ces modèles de partage de pouvoir et poursuivons notre transition vers l’entreprise de demain. Dans cet article découverte, nous vous partageons ce qu’il y a d’essentiel à savoir ! 

Comment marche la gouvernance partagée ?  

Dans ces systèmes de gouvernance partagée, l’organisation est beaucoup plus libre. En effet, l’organisation verticale est remplacée par un modèle horizontal avec moins de paliers hiérarchiques.  

Pour ce faire, les responsabilités sont entièrement redistribuées à tous les salariés de l’entreprise au même titre que les managers. Ainsi, chacun se voit donner une grande autonomie dans son travail et peut prendre part, de manière équitable, aux prises de décisions dans l’entreprise : oui, tout le monde à son mot à dire et votre parole ne vaut pas moins que celle d’un collègue ! 

Il faut également noter que ces méthodes ont des structures parfaitement modulables, c’est-à-dire qu’elles peuvent tout à fait s’adapter suivant l’entreprise et ses besoins. 

Avancer pour un but commun 

L’état d’esprit de ces modèles repose sur la participation de chacun, en toute égalité, à accomplir un but commun : représenter et consolider au travers de son travail la raison d’être de son entreprise. Tout employé, au même titre que les managers, a un rôle primordial à jouer. Ce rôle n’est pas prédéfini, de ce fait, chacun peut répondre avec son propre jugement et ses propres compétences à des besoins spécifiques et apporter une plus-value au sein de l’entreprise.  

C’est le moment de valoriser votre expertise ! 

Si vous travaillez dans une entreprise avec ces méthodes d’organisation, c’est le moment de montrer ce que vous savez faire ! Dans un cadre où chaque personne est à l’honneur, c’est l’opportunité d’apprendre à se mettre en avant et à prendre confiance en soi : n’hésitez pas à valoriser votre expertise quand vous jugez pouvoir répondre à des besoins ou résoudre des problèmes d’un domaine précis. 

En résumé dans la gouvernance partagée 

Chacun rempli le rôle qui lui semble le meilleur, selon ses propres compétences, dans le but de servir la raison d’être de son entreprise. Tous les employés se voient attribuer une grande autonomie, les responsabilités sont distribuées équitablement et chacun peut donner son avis lors des prises de décisions. Les paliers de validation disparaissent en partie, la hiérarchie verticale est remplacée pour de la gouvernance partagée et de cette manière on peut dire que tout le monde devient un peu son propre patron ! 

Atout Plus peut vous accompagner dans votre transformation vers la gouvernance partagée, contactez-nous à l’adresse info@atoutplus.nc

On vous donne notre avis  

Les collaborateurs d’Atout Plus Groupe et ses partenaires vous partagent l’expérience de la gouvernance partagée au travers de ces différentes interviews : 

• Pour vous, en quoi la gouvernance partagée change de vos anciennes expériences professionnelles hiérarchisées ?

Betty MATT - Assistante de Direction et Développement

La première différence avec mes précédents postes est l'autonomie dans mes fonctions quotidiennes. En effet, c'est plaisant de se sentir responsable de son activité sans avoir besoin de demander la validation pour prendre un rendez-vous client par exemple !

Pour autant le travail en équipe d'égal à égal avec les collègues et la direction permet de demander de l'aide ou des conseils lorsqu'on rencontre des difficultés.

Le Groupe Atout Plus est sur le chemin de la transformation vers l'entreprise libérée mais nous expérimentons déjà des méthodes nouvelles plus collaboratives grâce notamment aux outils numériques ou à des séances d'intelligence collective.

Vanessa MICHELET - Chargée de clientèle

La gouvernance partagée était déjà en place dans 2 structures où j’ai travaillé en Métropole. C’est une démarche qui peut apporter beaucoup à une entreprise et qui demande du temps pour être mise en place et pérenniser. 

Paul LANIER - Gérant de SF2i

• Qu’est-ce que cette méthode de management vous a apporté/a changé ?

L’idée est bien de responsabiliser l’ensemble des collaborateurs pour améliorer le fonctionnement de l’entreprise (moins d’inertie, prise en charge des demandes, ; etc..) et d’essayer de mettre en œuvre cette équation : Liberté + responsabilité = bonheur + performance.

Je pense qu’aujourd’hui les conséquences de ce modèle ont apporté dans une certaine mesure : bonheur + performance

Mais il faut bien se rappeler que c’est une conséquence et non pas une finalité.

• Est-ce qu’il y a eu des difficultés à la mettre en place ?

Oui car cela implique un changement de paradigme dans la manière de penser et de fonctionner. Certains collaborateurs ne désirent pas non plus avoir des responsabilités donc nous avons dû nous adapter. Et ce modèle de fonctionnement ne corrige pas les travers de l’être humain, donc nous devons également travailler sur cela dans un modèle d’amélioration continue.

Il faut essayer en permanence d’atteindre l'équilibre entre liberté et responsabilité. 

• Quels sont pour vous le ou les points positifs ?

De manière synthétique, cela nous permet d’essayer d’atteindre notre raison d’être : rendre nos clients heureux. On parle d’essayer car c’est un chemin et la destination doit nous rapprocher de l’excellence.


Angelina LOPES
- Responsable Service Desk chez SF2i

• Qu’est-ce que cette méthode de management vous a apporté/a changé ?

L’holacratie a apporté un cadre tout en donnant à chacun la possibilité de s’exprimer. 

• Est-ce qu’il y a eu des difficultés à la mettre en place ?

Il y a toujours des récalcitrants car le changement peut être difficile pour certaines personnes, mais cela se dilue dans le temps avec une reconnaissance des mérites de chacun.

• Quels sont pour vous les points positifs ?

Les réunions sont très productives et permettent le traitement de plusieurs points sur une courte durée (30min). Il y a aussi beaucoup plus de réactivité car il n'y a pas besoin de validation qui passerait habituellement par une hiérarchie.

Fabienne BONNACE - Responsable administrative et financière chez SODEMO

• Qu’est-ce que cette méthode de management vous a apporté/a changé ?

Suite au départ à la retraite de notre Directeur Général, il y a eu une réorganisation, et c’est à ce moment-là que je suis devenue RAF (jusque-là Chef Comptable). À partir de ce jour, mes collègues avec qui je travaillais m’ont vu comme leur Chef ! C’est une casquette qui ne me convenait pas. […]  

Suite à une formation sur la Gouvernance Partagée, nous avons décidé avec le Directeur adjoint d’appliquer ces principes dans mon service. Le changement a été de faire participer les collaboratrices aux prises de décisions, aux changements d’organisation que l’on souhaitait mettre en place au sein de la société, aux évolutions à proposer à nos clients et à nos collègues. […] Chacun propose ses idées, ses points de vue, on partage les avantages et inconvénients des propositions, et on décide ensemble. […]. 

Lorsque l’équipe est confrontée à un « problème », avant de demander la solution au chef, elles réfléchissent entre elles, et dans 98 % des cas la solution est trouvée ! Pour se rassurer elles demandent validation, mais la solution est trouvée ! Intelligence collective ! 

La gouvernance partagée, c’est la prise de conscience qu’à plusieurs on est plus fort et on va plus loin ensemble. 

• Est-ce qu’il y a eu des difficultés à la mettre en place ?

Je ne parlerais pas vraiment de difficultés. Mais il faut accepter que cela prenne du temps et ne se mette pas en place en un claquement de doigts ! J’ai pu être parfois impatiente, je savais vers où je voulais amener mon équipe, et je ne comprenais pas qu’on n’aille pas plus vite !!! Et oui le changement peut faire peur (pourquoi changer, on n’a toujours fait comme ça, et ça fonctionne ! Oui, c’est pour nous en demander encore plus, etc…).  

• Quels sont pour vous les points positifs ?

Les points positifs sont surtout l’autonomie acquise par l’équipe.  

Il faut aussi accepter le droit à l’erreur.  Dans les débuts, c’est arrivé à une collègue de prendre une initiative malheureuse. C’est l’équipe dans son intégralité qui a assumé. La solidarité a pris le dessus, et l’équipe a compris qu'il s'agit d'échanges collectifs et non d'initiatives personnelles !  La cohésion est une force de la gouvernance partagée.  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.