Interview de Marie-Luce TRONQUET : Chargée de Clientèle Grands Comptes

Originaire des Nouvelles-Hébrides devenus République du VANUATU en 1980, Marie-Luce, après obtention de son baccalauréat en Nouvelle-Calédonie, poursuit ses études en Métropole. Dès son retour, elle occupe un premier poste en relation avec les RH et se passionne pour les relations humaines. Elle gravit les échelons au fur et à mesure de sa carrière riche en expériences humaines. Aujourd’hui elle a décidé de mettre au service d’Atout Plus Groupe ses diverses expériences tant dans le domaine du recrutement que dans celui de la formation et des prestations de services.

Retour sur son parcours exemplaire !

 

Bonjour Marie-Luce, pouvez-vous revenir sur votre parcours ?

J’ai eu un parcours assez atypique. Durant mon adolescence, je vivais au Vanuatu mais j’ai dû terminer mon Bac G1, secrétariat en Nouvelle-Calédonie au Lycée La Pérouse. En effet nous étions neuf élèves dans notre classe au Vanuatu mais durant la période de la prise d’indépendance il nous était difficile de suivre le programme d’études du Baccalauréat.

Après obtention de mon Baccalauréat, j’ai occupé quatre années durant un poste de secrétaire. J’ai reçu une excellente formation aux Ets Edward SZYMANSKI, spécifiquement de Mme Chloé SZYMANSKI qui m’a initiée à la réalisation de la paye et à la gestion de personnel.

Au bout de quatre années de service, j’ai démissionné car je voulais reprendre mes études pour approfondir mes compétences et en acquérir de nouvelles. A l’époque le BTS n’existait pas en Nouvelle-Calédonie, il fallait traverser la moitié du globe pour poursuivre mes études. J’ai donc déménagé à Toulouse pour suivre un BTS de Secrétariat de Direction option bilingue. L’I.T.P. BILLIERES de Toulouse, pour une première fois, acceptait une étudiante ayant interrompu ses études. Cette expérience fut couronnée de succès car je suis sortie major de ma promotion. Je ne dis pas que cela a été facile. Mais lorsque l’on a l’a « hargne » de réussir et que l’on y met les moyens, il n’y a aucune raison d’échouer.

 

Ce nouveau diplôme en poche, qu’avez-vous décidé de faire ?

Je suis rentrée en Nouvelle-Calédonie après l’obtention de mon diplôme en juillet 1987. J’ai eu plusieurs propositions intéressantes mais j’ai choisi de me tourner vers une création de poste au Centre Technique Forestier Tropical de Nouvelle-Calédonie (CTFT NC).

J’étais Secrétaire de Direction mais j’avais une double casquette car le  Directeur m’avait confiée la gestion de l’équipe composée des chercheurs expatriés, de stagiaires, de VSL (Volontaire Service Long) et des 30 personnes qui composaient l’équipe permanente.

C’était ma toute première expérience en matière de gestion personnelle, à peine diplômé on peut dire que j’ai été « mise dans le bain » tout de suite. Pour ajouter à cette expérience, suite au regroupement du CTFT et du CIRAD, mon poste a évolué. J’ai été en charge pendant un an de la communication et de la gestion administrative du personnel (85 agents) et des moyens.

Mais j’avais envie de changement et vous verrez que c’est ce besoin de changement qui a façonné mon parcours professionnel et m’a permis de connaître des expériences enrichissantes.

 

Vers quoi vous a emmené cette envie de changement par la suite ?

J’ai fait quelques missions de remplacement au sein d’entreprises bien connues du territoire telles que Cegelec. Puis j’ai été repéré par  le Groupe Arc En Ciel Services qui était composé de plusieurs sociétés. Une formidable opportunité, car j’ai été recruté pour le poste de DRH, j’y gérais seule les 220 salariés permanents, nombre qui pouvait monter jusqu’à 260 pendant certaines périodes.

Je m’occupais de toute la gestion RH à 360° : les appels à candidature, la présélection et la sélection, le contrat de travail, la paye, le suivi des partenaires sociaux (DP, CE et CHSCT), etc.

Ça a été une très, très, belle expérience ! J’ai appris sur le tas et je me suis découvert un certain goût pour la médiation du dialogue social.

Ensuite comme je l’ai dit, j’aime le changement, donc après 3 ans j’ai démissionné pour trouver un nouveau challenge à surmonter.

J’ai travaillé un an dans l’agence Pacifique Intérim, on m’avait recruté pour développer la partie recrutement et j’aidais aussi sur la partie intérimaire. J’ai même monté ma propre SARL dans le domaine du recrutement mais ensuite j’ai eu l’opportunité de ma vie !

 

L’opportunité de votre vie? Vous pouvez nous en dire plus ?

Via mon entreprise j’avais eu l’occasion de placer quelques profils pour le projet Koniambo. Ils m’ont repérée et en mai 2010, l’usine KONIAMBO NICKEL me propose de travailler pour eux sur  le « projet », phase qui devait durer quatre ans (construction, pré opération et mise en service).

Pour moi c’était impossible de manquer une telle expérience ! J’ai fermé mon entreprise et me suis engagée dans l’aventure « Koniambo ».

Mon rôle était de recruter tant localement et qu’au niveau international différents profils tels des managers, ingénieurs, superviseurs, techniciens supérieurs et autres techniciens dans les domaines de l’électricité, la mécanique, l’instrumentation, du contrôle qualité, de la logistique, du HSE et de la sécurité.

Avec la montée en puissance de l’usine du Nord, la Direction du Projet KONIAMBO m’a missionnée sur Manille aux PHILIPPINES pour recruter des ingénieurs, des superviseurs et des techniciens dans les domaines de la mécanique, de l’électricité et de l’instrumentation. Ces deux campagnes de recrutement d’Avril et d’Octobre 2012 m’ont values les félicitations du Directeur et des Managers du Projet.

Une telle expérience professionnelle sur un Projet d’envergure International n’est pas donnée à tout un chacun et celle-ci restera la plus significative de ma carrière ! J’ai énormément appris et j’ai adoré cette ambiance pluri culturelle.

Plus récemment, j’ai été missionnée par la Direction des Affaires Maritimes pour rédiger les diplômes des marins néo-calédoniens dans le cadre de la nouvelle loi de Pays. Ce fût également un très beau challenge de participer, à ma façon, à la construction du pays.

 

Pourquoi vous avez choisi la voie des RH ?

Cela s’est fait tout naturellement. Mon sens du relationnel humain et du social m’a portée dans cette voie. J’ai accroché tout de suite ; je me suis auto formée et j’ai vraiment connu une évolution exponentielle. C’est un secteur riche, je me sentais capable de persévérer dans ce secteur.

 

Quel rôle jouez-vous chez ATP aujourd’hui et quel rôle jouerez-vous demain ?

De par mon expérience professionnelle en Ressources Humaines, j’ai d’abord été missionnée pour renforcer l’équipe d’Atout Plus Groupe en gestion de paie et administrative RH.

Depuis Juin, je suis en charge du développement de l’activité de recrutement pour les profils rares, les cadres, les ingénieurs et autres spécialistes. Je vais également m’occuper du développement des nouvelles prestations que vous découvrirez dans les mois à venir…

 

En quoi votre expérience sera un atout pour la force commerciale d’Atout Plus ?

J’ai un très bon relationnel humain et connais bien le tissu local. Mon expérience sur un projet international m’a donnée les contacts, la vision sociale et technique, la méthodologie dans le cadre de recrutements locaux et internationaux, je suis un peu une « chasseuse de tête ».

 

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre quotidien ?

Le challenge et travailler dans la bonne humeur et la bonne ambiance et avec le respect de l’autre. Chaque matin j’ai envie de me dire « J’ai envie d’aller au travail » !

 

Quel sera votre plus gros challenge dans les mois à venir ?

Apporter un réel plus, non seulement à Atout Plus mais aussi à l’équipe avec qui je vais travailler étroitement. C’est important pour moi de trouver ma place au sein d’une équipe, dynamique et professionnelle.

Article écrit par Doris HOARAU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.